POURQUOI ET QUAND EST-IL IMPORTANT DE SE FORMER

****

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs “Pourquoi et quand est-il important de se former ?” organisé par le blog Bureautique Efficace. Pour découvrir d’autres histoires inspirantes de personnes qui ont fait de grands pas dans leur vie en décidant de se former, cliquez ici.

Et parlant d’histoires inspirantes, il contient un article que j’aime particulièrement. C’est celui où l’auteur nous dévoile avec une grande sagesse pourquoi il a bâti ce blog. De plus il détaille ce qu’il veut partager avec nous en toute humilité.

****

LIRE, ÉCRIRE

Dans cet article je partage ma pensée sur l’importance de la formation et quand il est idéal de se former. Et pour appuyer mes dires, je participe à des ateliers d’écriture. Au cours de ces rencontres je réalise qu’il y a beaucoup à apprendre.

Lumière dans le cerveau

J’aime apprendre et quand je lis, mon imagination et ma matière grise s’illuminent. J’ai comme une petite dose d’adrénaline à chaque nouvelles notions que j’apprends.

De plus je vous fais part de ma petite histoire à moi concernant mon parcours et mes formations.

Lire la suite

MES TROIS MEILLEURS CONSEILS POUR FAIRE DÉCOUVRIR LES LIVRES AUX ENFANTS

Un livre en tissu

Quand je vois des tout-petits jouer avec un livre en tissu, avant même d’apprendre à marcher, cela me remplit de joie. Ils regardent les images, pressent un bouton qui émet un son, passent la main sur une surface douce ou rugueuse avec un regard curieux. Tout jeune et déjà l’immense univers des livres est à leur portée.

Cet article participe à l’évènement “Les meilleurs livres pour accompagner les enfants » du blog www.apprendre-chaque-jour.fr

«Apprendre chaque jour à son rythme» est un blog que j’apprécie. Mon article préféré est celui-ci parce qu’il préconise une approche différente pour éduquer nos enfants. Dans cet ordre d’idée lisez la citation suivante qui transpire de bon sens. Elle vient d’une femme-médecin qui a fondé une école en 1907 à Rome pour les enfants qui passaient seuls leur journée dans les rues.

« N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde n’existera plus lorsqu’ils seront grands. Et rien ne nous permet de savoir quel monde sera le leur : alors, apprenons-leur à s’adapter. »

Maria Montessori

****************

MA GRANDE SOEUR

Tout a commencé le jour où ma grande soeur m’a introduit au domaine fascinant de la lecture. Je la voyais constamment avec un roman de Bob Moran à la main. Hélène dévorait tout ce qui se lisait. Son dada c’était surtout les histoires de détective. À l’autre opposé, pas question pour moi de rester sans bouger à lire un livre. Je préférais de beaucoup jouer au ballon.

BIBLIOTHÈQUE

À cet âge elle n’avait pas d’argent pour acheter des livres. L’option gratuite idéale devenait obligatoirement la bibliothèque municipale. Cet endroit revêtait un aspect sacré pour mon aînée. Pour elle c’était un royaume et pour moi un lieu fermé et ennuyant. Ce beau et grand bâtiment ancien se déployait sur trois étages en mezzanine. D’en-bas, tout en l’attendant, je pouvais facilement l’observer se promener de rayons en rayons.

PÈLERINAGE HEBDOMADAIRE

Ce qui fait qu’à chaque semaine je devais l’accompagner contre mon gré pour aller choisir ses lectures. Je savais que l’attente serait longue. Sagement je commençais la lecture de mes deux bandes dessinées assise à une table au rez-de-chaussée.

À LA LOUPE

À la manière d’un détective, elle examinait chaque détails pour finaliser son choix. Tout était passé à la loupe. La couverture, le résumé à l’arrière, l’auteur, le format, le genre étaient finement étudiés pour faire sa sélection finale. Et après ce qui me semblait une éternité, nous retournions à la maison les bras pleins de ce qu’elle avait emprunté.

Lire la suite

“VOTRE MEILLEURE ASTUCE POUR APPLIQUER VOS BONNES RÉSOLUTIONS”.

Ma Meilleure astuce

Quand une nouvelle année se pointe, c’est «le temps de prendre de bonnes résolutions». Et pour vous aider, je partage ma meilleure astuce. Celle-là même que j’ai utilisée pour réussir à tenir une promesse du jour de l’an. Je dis bien ma meilleure astuce car je l’ai mise en application il y a de cela plusieurs d’année et je l’ai toujours respectée.

Cet article participe à l’évènement “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” du blog  Devenez meilleur. J’apprécie beaucoup ce blog. En fait mon article préféré est celui-ci car c’est un excellent article dans lequel Olivier Roland nous explique comment utiliser l’énergie sexuelle pour se fixer des objectifs. Mais aussi et surtout, à faire en sorte que vous arriviez à passer plus facilement à l’action en direction de vos objectifs.

Des promesses…

Droit au but

Un puissant levier

Il n’y a parfois qu’un petit pas entre les promesses que l’on s’est faites et celles qui se réalisent.   L’anti-chambre du Nouvel An devient un puissant levier pour se propulser vers un moi amélioré.  C’est pourquoi il faut l’utiliser quand il est à notre portée.  La chanson québécoise «c’est dans l’temps du Jour de l’An» précise que  :  c’est l’bon temps d’en profiter, ç’arrive rien qu’une fois par année. Oui, un bon temps pour faire quelque chose de bien pour nous-mêmes.

Améliorer sa condition

À priori, le début d’une nouvelle année semble parfait pour se fixer un objectif et prendre une résolution.  C’est là que chacun désire sincèrement améliorer sa condition grâce à cet engagement pris en janvier.   Avec espoir, un vent nouveau souffle sur les jours qui viennent.  Tout cela est très motivant.

Des voeux pieux

De toute manière, à l’aube de chaque nouvelle année, nous ne sommes pas seules à le faire.  Une grande majorité de gens réfléchissent à ce qu’ils aimeraient changer, transformer, corriger.  Assurément cela est très louable.  Par contre, nous savons tous très bien qu’ils deviennent vite des voeux pieux après quelques temps.

Résolution de cette année

Liste de résolutions

Bien sûr toutes les décisions sont bonnes si c’est pour changer un comportement ou se défaire d’un méchant défaut qui vous fait la vie dure. Il suffit de prendre une résolution qui vous plaît et qui serait faisable pour vous. Par exemple dans le lien ci-dessous, j’ai trouvé une grande liste de résolutions intéressantes. Parfois drôle à lire, cette liste touche tout de même des points sensibles qui rejoignent plusieurs d’entre nous.

Survivent aussi année après année, les résolutions les plus populaires mais aussi les plus difficiles à tenir qui sont d’arrêter de fumer, de consommer de l’alcool, de perdre du poids, de faire de l’exercice, ne pas se ronger les ongles, etc.

Non pas du tout facile quand on se donne l’impression de se couper d’un plaisir. À part ça même quand on sait qu’il pourrait améliorer notre santé, voire même notre vie en entier. Ça rend fou et devient un paradoxe inextricable et incompréhensible pour notre mental dépité.

L’astuce qui a marché

Vous aimeriez connaître LA bonne astuce qui a marché pour me permettre d’arrêter une habitude nuisible à ma santé. Vous l’attendiez, alors plongeons tout de suite dans le vif du sujet.

Non Merci !!

Dans cet esprit et avec fierté, je vous présente « Ma meilleure astuce». Je vous donne le truc qui a fonctionné pour moi. Celui qui m’a aidé à arrêter de fumer. Et si vous êtes sérieux dans votre décision, soit de ne plus fumer ou autre, ça pourrait marcher pour vous aussi. Il vous suffira de l’adapter à votre personnalité.

Un geste compulsif

Tout d’abord, arrêter un geste compulsif de ce type est super difficile à faire. Dans mon cas c’était un calque de ce que j’avais vu depuis mon enfance. À ce moment, il me semble que tout le monde fumait. Pendant cette Révolution tranquille, s’y adonner était dans la norme. Et dire que c’était même cool. Malheureusement, c’était quand même un fléau et monnaie courante pour hommes, femmes et adolescents. De plus, les gens s’en emplissaient les poumons en dépit des études qui démontraient déjà les effets néfastes à long terme. Mais une fois rendu là, pris dans ce cercle infernal, on avait peine à croire qu’on pourrait écraser pour de bon sans l’aide d’une intervention céleste.

Deux paquets par jour

On écrase

À cette époque, je consommais deux paquets de cigarettes par jour. C’est donc dire que je les enchaînais pratiquement une après l’autre. Quand j’y repense c’est avec horreur. De ce fait, casser la tétine de goudron pour de bon était presque inimaginable pour moi. Tout en me faisant croire toutes sortes de mensonges, je continuais à fumer pour me désennuyer, me donner du plaisir, faire comme les autres….

Pourtant, 18 mois auparavant j’avais été capable d’arrêter pour une première fois pendant six longs mois. Je me savais donc capable de le faire encore. Mais la question était pour combien de temps. De plus, sachant à l’avance par quoi j’allais passer, je ne voulais pas du tout vivre ce sevrage à répétition. Quoiqu’il en soit et compte tenu de ma précédente réussite, j’ai décidé d’essayer de le faire seule et par mes propres moyens.

Image mentale dégoûtante

À vrai dire, et aussi simple que ça, ce qui m’a aidé c’était de tout simplement penser à une image dégoûtante mais bien particulière. Quand je la rejoue maintenant et pourtant après tant d’années, un haut-le-coeur s’installe toujours encore dans le creux de mon estomac. C’est si fort, si puissant que jamais je ne pourrais recommencer à fumer.

Donc à cette période conformément à tous les enfants de deux ans, mon fils mettait la main sur tout ce qui lui était accessible. Il en profitait pour se porter aussitôt les objets dans la bouche. Mais l’évènement le plus répugnant et repoussant pour moi est survenue quand il a réussi à plusieurs reprises à se remplir la bouche des mégots refroidis du cendrier du salon!

Pour tout dire, cette image me faisait presque vomir quand je le voyais la bouche emplie de cendre et de bouts de cigarettes grillées collées sur son joli petit visage. En plus j’avais beaucoup de misère à lui enlever cette saleté car il la mâchouillait allègrement. YARK!

Le déclic

À ce moment précis, une idée a jailli. Un déclic s’est fait : «Tiens voilà une image à utiliser pour arrêter de fumer». Et à tout prendre, aussi une très bonne idée pour la santé de mon enfant.

Plan complet

Pour mettre en place mon plan complet, j’ai imaginé et élaboré une progression obligatoire entre le moment où je voudrais fumer et celui où je fumerais finalement si je persistais assez fort. En bref vous devinez que je ne voulais pas me rendre jusqu’à ce point chaud. Plus que jamais, j’étais prête à implanter mon programme de manière drastique et militaire.

ÉTAPE 1 : J’ai enroulé 50 élastiques dont 25 sur un sens et 25 dans l’autre, tout autour de mon paquet de cigarettes. Quand le besoin de fumer se présentait, je devais enlever chaque élastique un par un tout en me demandant si j’avais vraiment envie tant que ça de fumer. L’idée générale était de ne pas me rendre à cette étape-là. De cette façon, je me conscientisais tout en transformant mon geste automatique en une action bien réfléchie.

ÉTAPE 2 : Si toutefois je me rendais jusqu’à vouloir mettre la cigarette dans ma bouche, je devais la mâcher moi aussi comme mon fils et seulement ensuite je pourrais en fumer une bonne.  Le but final était vous avez compris d’être dégoûtée au point de repousser le besoin de fumer à plus tard.

ÉTAPE 3 : En tout dernier lieu, si par malheur et que malgré tout je me rendais à cette ultime étape, je devais revoir en boucle l’image dégueulasse de la belle petite bouche rose de mon fils maculée par les immondes clopes pendant qu’il les mangeait.

Réel succès

En conclusion, cette expérience a été un réel succès. J’ai réussi à stopper ma dépendance sans même dépasser la première étape. En somme, une fois imprégnée et bien enregistrée, cette image peut définitivement tourner en boucle sur demande. Elle est très puissante pour moi. Elle me parle avec tant d’émotions. Bien sûr arrêter pour de bon, a tout de même pris quelques semaines. Heureusement c’est devenu chose du passé, enfoui bien loin dans mon subconscient avec la photo du mangeur de mégots.

À vous de jouer

En guise de conclusion, je vous dis : «À vous de jouer». Prenez de bonnes résolutions pour votre bien-être personnel.

Voyez si c’est réaliste maintenant pour vous à atteindre. Aussi demandez-vous si c’est bien ce que vous voulez et pourquoi.

Finalement, mettez le maximum en oeuvre surtout en utilisant votre fertile imagination à bon escient comme je l’ai fait intuitivement ici ainsi que dans cet article sur l’imagination. Dans le fond, vaut mieux essayer et échouer que de ne rien faire du tout. On ne sait jamais quand ça va marcher ni même qu’est-ce qui déclenche vraiment le processus vers le triomphe espéré.

BONNE ANNÉE !


Écrivainement vôtre

Diane Gingras

COPYRIGHT 2018 Jeter l’encre© | all rights reserved 2018