TOMBER ET SE RELEVER

TOMBER ET SE RELEVER

novembre 30, 2018 1 Par Diane Gingras

Tout d’abord ce titre «Tomber et se relever»

il parle de moi mais tout de même avec une gêne bien assumée.  Parce que je me suis lancé un défi : celui d’écrire un roman et le publier en 100 jours. Défi 100 jours  Il n’est pas encore fini, il me reste 24 jours et je vais le réussir.  C’est sûr mais peut-être pas à la date de fin que je me suis imposée.  Je veux faire vite et bien et c’est parfois difficile à concilier.

C’est pourquoi je regarde en arrière et je réalise que j’ai beaucoup procrastiné.  C’est du temps perdu à jamais et je le regrette.  Pourtant cent jours, il me semblait que ce serait suffisant!  Je constate que même si on ne doit pas se sous-estimer, il ne faut pas se surestimer.

Notamment ce défaut était toujours présent concernant la remise de travaux scolaires.  Plutôt que de commencer à le faire tout de suite, je me surestimais.  Je me disais que j’avais beaucoup de temps devant moi, suffisamment.  Par contre je finissais le plus souvent essoufflée dans un marathon de dernière minute.

Dans cet article je fais une réflexion à cette effet.  Probablement que je ne suis pas la seule à qui c’est arrivée.

Pourquoi l’élan du moment s’envole-t-il après quelques temps?

Voilà la question que je me pose aujourd’hui.  Je me le demande sérieusement.  Peut-être est-ce que c’est parce que cela me frappe de plein fouet maintenant.  Cependant j’aimerais vraiment comprendre ce ralentissement dans l’ardeur.

Pour quelles raisons et comment cela arrive-t-il ?  Qu’est-ce qui fait diverger de son chemin un engagé à fond ?  Comment l’alimenter et faire durer sa fougue, son désir ?

Voyons mais dites-moi que font les gens qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent ?  Comment ont-ils surmonté les embûches ?  Ont-ils eu des creux insurmontables mais ont réussi malgré tout comme J.-K. Rowling pour Harry Potter?  Dans le film sur sa vie on constate qu’elle ne l’a pas eu sur un plateau d’argent Film la magie des mots.

Tout même ça ne devrait pas être un mystère.  Ou bien Y a-t-il vraiment un secret bien gardé dans un vieux livre ancien plein de sagesse philosophique ?

La période passionnée

Quand l’idée jaillit, les étincelles brillent de tout feu.  L’entrain, l’énergie sont nos compagnons quotidiens.  Le cerveau, heureux, est concentré sur le nouveau sujet comme l’était le mien. cliquez ici pour le voir.

Ce gros tas de neurones développe une forme de comportements obsessifs compulsifs.  La personne est sous le charme, hypnotisée.  Elle adore ça.  Le bonheur est au rendez-vous.  C’est un cercle vicieux qui dit plus j’en donne et plus j’en veux et vice et versa.

C’est la période passionnée, inconditionnelle.  Facilement comparable au doux et agréables moments du début d’un projet.   Les effets sont les mêmes lors d’une nouvelle rencontre amoureuse.  C’est l’ Amour passionnel.  On a d’yeux que pour l’autre et on est malheureux si on s’en éloigne.  Il n’y a rien d’autre qui compte, il est plus important que tout.  Les problèmes sont inexistants, invisibles ou minimisés.  La vie nous apparaît sous un autre jour.  On se lève le matin pour vivre une autre journée de bonheur près de l’être aimé.  Nos pieds ne touchent pas le sol, on flotte.  Tout est si facile, beau et sans nuage.  Il n’y a aucun obstacle assez puissant pour nous empêcher de vivre ces moments divins.

La vie ordinaire

Pourtant comme on le sait,  il arrive un jour que ce conte magique voire féérique se métamorphose en vie bien ordinaire.  Cela arrive à pas feutrés qu’on entend à peine venir.  Ils s’immiscent subrepticement mais sûrement dans toutes les minis failles qu’ils peuvent trouver.  Alors sans qu’on s’en aperçoive, la réalité avec tous ses demandes et ses problèmes à régler prend le dessus.  Où est parti la magie, le pas léger et le coeur battant de celui qui voulait gravir des montagnes ?

Pause ok mais aussi constance

Je continue ma réflexion en m’observant dans le rétroviseur.  Je veux voir ce qui s’est passé.  Les premiers résultats de mon observation me confirment qu’il est très important, que dis-je ? «primordial» d‘avoir de la constance.  Et cela même si on prend une petite pause.

Vous connaissez l’expression loin des yeux loin du coeur.  D’après moi ça signifie que si on ne voit pas quelqu’un ou quelque chose pendant un bon bout de temps soit on l’oublie soit on s’habitue s’en passer.  Et en fait c’est ce qui se passe quand nous ne sommes pas assidu à notre projet.  Mais pour le reconnaître il faut prendre le temps d’y penser sérieusement.  Garder les yeux fixés sur notre projet est un gage de réussite.  C’est ce que j’ai fait cette semaine.  Il ne me sert à rien de me dénigrer ou de me décourager. Et c’est pour ça que je dis «Tomber et se relever».

Il n’y a pas de secret

À mon grand regret je vous dis qu’il n’y a pas de recette d’alchimiste qui transforme la paresse en volonté.  Toutes les excuses qu’on se donnent n’arrivent même plus à nous duper.  On attend quoi ?  Un miracle descendu du ciel?  Dieu a mieux à faire.   Et si on a tout de même l’audace de lui demander, il répond : Aide-toi et le ciel t’aidera!!  D’ailleurs le secret n’en est pas un car il est connu de tous : «Bouge ton derrière, lève-toi et agit».  Sinon il ne se passe rien et le temps s’écoule pour toujours comme de l’eau entre nos mains.

L’égo?

Finalement est-ce que ça pourrait être une question d’égo ?  Oui du genre j’ai peur de ne pas réussir.  Je ne veux pas me planter et avoir l’air ridicule.  Je crains que ça ne plaise à personne. C’est plus prudent de rien faire comme ça je ne fais pas d’erreur.  J’ai le syndrome de limposteur parce que je me compare à des plus érudits que moi…

Notre Égo est très fort.  Il contrôle tout, il est même contre nous.  Quand il est supposé aider, ce n’est que pour son propre orgueil qui le fait.  Donc ce n’est pas toujours à notre avantage qu’il intervient.  Il fait semblant de nous protéger.  Il faut l’éloigner, c’est un causeur de trouble.

Mon Égo pleure présentement des larmes de crocodile.

Bonnes réflexions

Je vous souhaite de bonnes réflexions.  Surtout si c’est un sujet qui vous interpelle comme il le fait pour moi.  D’ailleurs donnez-moi votre opinion sur cet article car j’aimerais sincèrement connaître votre pensée sur ce problème récurrent pour plusieurs d’entre nous.

À très bientôt

Ecrivainement vôtre

Diane Gingras

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages