MON  VOYAGE  EN  INDE partie 2

MON VOYAGE EN INDE partie 2

15 avril 2019 2 Par Diane Gingras

LANGUES, DIVINITÉS, COUTUMES, CASTES

********

LE PARCOURS DEUXIÈME PARTIE

Durant ce parcours fait de longs déplacements sur plusieurs kilomètres à la fois entre les divers endroits à visiter, je sortais mon cahier et j’écrivais mes pensées. Je vous présente mon parcours en trois parties dans trois articles différents.

********

HISTOIRES EXOTIQUES

À chaque fois que notre groupe retournait dans le minibus, notre guide reprenait de plus belle avec toutes les histoires exotiques qu’il avait à nous raconter. J’étais suspendue à ses lèvres et je buvais ses mots comme une assoiffée de connaissances. Quand je suis revenue à la maison, j’ai fait des recherches supplémentaires. Je voulais en savoir encore plus sur certains sujets qui m’intéressaient. En voilà quelques-uns.

LES LANGUES

Bien que l’Hindi soit la langue officielle de l’État, il existe tout de même des dialectes régionaux relativement différents et proche du Sanskrit. Le mot ‘rajasthani’ est utilisé pour désigner le parler local. Il représente un ensemble de langues et de dialectes parlés sur le territoire. Leur écriture est formée de mots rattachés par une ligne sur le dessus pour signifier que c’est un mot complet rendant le tout plus facile à lire.

GANDHI

Le visage de Gandhi sur les roupis

Gandhi, ce célèbre Indien est aussi connu que Bouddha. Mahatma était son surnom. «Ma» signifie grand et hatma «âme».  Il a été une grande âme pour son pays. Tout a commencé quand Mahatma Gandhi a vécu du rejet dans un train parce qu’il était noir ou du moins avait la peau foncé.  Il était riche, instruit, de 1ière caste et en plus avait payé son billet de train en première classe.  Il détenait une formation d’avocat faite à l’Université de Londres.  Cependant cela importait peu l’autre occupant. Il n’acceptait tout simplement pas qu’un noir soit assis dans la même cabine que lui, un «blanc».  Alors l’employé du train, sans égard au billet de première classe de Gandhi, a jeté brutalement son bagage par-dessus bord et il dû débarquer du train au prochain arrêt.

ABOLIR LES CASTES

À ce moment marquant de sa vie, il a décidé de lutter pour les ‘’noirs’. Son projet monumental était d’abolir les castes qui existaient depuis la nuit des temps. Mais qui surtout séparaient les Indiens entre eux. Pour l’humilité et le symbole, il décida de porter du blanc comme vêtement et plus jamais de costumes anglais comme lorsqu’il était avocat.  Une chemise blanche et une ‘’jupe’’ indienne blanche.  Le dernier pan du vêtement est remonté entre les jambes.  Sa contestation-révolution a été faite d’une façon pacifique. Il est admiré par tous les Indiens pour ce geste. Sa démarche humanitaire et sa célèbre grève de la faim, en ont fait un icône. Bien sûr les castes existent encore. On devine qu’il est très difficile de changer des croyances et institutions qui sont ancrées depuis des millénaires.

JAÏNISME

Entre leurs nombreuses religions, il y en a une qui me fascine surtout par sa simplicité : «Jaïnisme».  L’encyclopédie du Voyage Gallimard dit que c’est un mouvement ascétique du 6e siècle avant J.-C. Il n’en est pas moins impressionnant même s’il ne compte que 2% de la population. Les Jaïn rejettent le culte des idoles. Leur principe de base est le respect absolu de la vie et ils pratiquent la non-violence sous toutes les formes possibles.

Ils portent un masque facial qui les empêche d’inhaler involontairement des petits êtres vivants : des bibittes!! Dans leur alimentation il n’y a pas de légumes feuillus ni des légumes-racines. Lors de la cueillette ils pourraient écraser des petites créatures vivantes.  Leur eau est toujours bouillie.  Le dernier jour de leur semaine sainte ils demandent pardon à toutes les créatures vivantes qu’ils ont pu léser.  Ouf, une chance qu’ils sont extrémistes dans le sens de la paix et de l’amour.  Ils croient que leur pratique mettra un terme à la ronde de la naissance et de la mort pour réaliser la connaissance suprême et atteindre le bonheur absolu.

MARCO POLO ET VASCO DE GAMA

Le tout se côtoie harmonieusement comme les planètes dans l’Univers. Je suis conquise.  Merci la Vie de me permettre de vivre ces belles expériences.  Imaginez ce que Marco Polo a dû ressentir quand il visita l’Inde en 1288 ou bien Vasco de Gama en 1497.

PAS DE BOEUF NI DE PORC

Nous passons devant un McDonald notre guide nous explique qu’il n’y a pas de bœuf ni de porc. Seulement du poulet, du buffle et du poisson sont servis. Les vaches sont sacrées et du porc les musulmans n’en mangent pas. Les habitant paraissent s’en satisfaire.  Ils sont minces et souriants.

DES BRIQUERIES

Partout sur notre chemin on voit des briqueries.  Notre guide nous explique ce qu’il en est. Les Indiens utilisent du paillis et de la terre avec lesquels ils mélangent les cotons des légumes. Les restants de ce qui a été plantés sont transformés en farine pour faire les briques.  Le tout est cuit dans les fours à briques qui vont servir à bâtir les maisons.

LES SAISONS

L’hiver s’étend d’octobre à février. Cette saison est propice aux mariages.  Les célébrations de mariages durent plusieurs jours pouvant aller jusqu’à une semaine. Cela égaye ces tristes mois. Durant cette période, la nuit il fait de 2 à 6°C et le jour entre 6 et 10°C.  Il y a des gens qui meurent quand il fait trop froid l’hiver. Et d’autres quand c’est trop chaud l’été parce qu’ils n’ont pas de maison. Plusieurs dorment dehors. D’autres vivent simplement dans la nature en montagne avec le minimum.

SPITITUALITÉ

Corps-esprit

Ce que j’aime de l’Inde c’est qu’ils n’ont pas peur d’être ‘’Spirituel’’ et de vivre leur spiritualité.  Tous les Indiens dansent et chantent des hymnes à leurs dieux. Ils rendent hommages à leurs divinités souvent et de multiples façons. Les représentations sont partout dans les maisons, les restaurants et dans les villes. Pour ce qui est des temples, ils sont généralement construits dans la montagne, en harmonie avec la nature.

INDE 2017

Chaque jour l’Inde vit un contraste temporel omniprésent. Presque tout le monde a un cellulaire. Il est surtout utilisé comme téléphone. Heureusement leur réseau est bon partout. Un cellulaire coûte seulement 20$.  Voilà l’Inde en 2017 !

RAJASTHAN

La partie de l’Inde que je visite se nomme le Rajasthan. Il est situé au nord-ouest de l’Inde par sa grandeur est le deuxième des 29 États du pays. Au Rajasthan il y a des dromadaires dans les champs.  Ils ne les mangent pas.  Ils servent pour le transport.  Drôle à voir des champs à perte de vue parsemés de palmiers et de dromadaires.

Au Rajasthan l’économie est essentiellement agricole. Leur climat est sec et aride. Heureusement 30% des terres sont irriguées grâce au canal Indira-Gandhi construit dans les années 60.  Près de 80% des Indiens vivent à la campagne.  Plusieurs fois sur la route je vois les très colorés saints hommes habillés en habit et turban orange qui quittent la vie mondaine pour méditer et vivre dans la montagne.  Leurs besoins sont minimaux.

VERS LE CASTEL MANDAWA

Vers 13:00 le groupe arrête dans un restaurant dont nous allons visiter les chambres d’hôtel. Nous sommes conseillers en voyages et ces visites vont nous permettre de bien conseiller nos clients. Du pain Nann ainsi que de la bière Fisherking nous est servi pour accompagner la ‘’pause technique’’ ou autrement dit les toilettes.  Ce soir on va dormir dans un ancien palais du 17e siècle.  Le Castle Mandawa.

LA ROUTE DE LA SOIE

Mandawa

À Mandawa sur la route de la soie, nous descendons du bus pour visiter un bel hôtel quasiment dans le désert.  Pour dîner on nous sert du poulet, du riz, des saucisses, du fromage dans la sauce, des petites lentilles noires épicées, de la soupe de maïs et de chou très épicée.  Toujours accompagné de pain Naan que le serveur vient nous offrir à volonté.  C’est fascinant de le voir se promener sans arrêt avec son plat plein de pain et sa pince pour nous le servir. Une assiette de concombre, tomates, oignons nous fait croire que c’est fini. le repas est suivi d’un dessert très sucré fait de deux petites boules de pâte d’amande enrobées de noix de coco. Nous avons mangé comme des rois.

FÊTE DE GANGUR

Nous avons roulé pendant au moins 8 heures au total pour finalement arriver au Palais vers 18h00.  Et quelle fin de journée! C’est la fête au Palais.  En pleine fête de Gangur une différente forme du Parvati (Noël).  Il y avait une foule incroyable.  Tout le village était là. Le couple royal était présent pour les accueillir, leur donner à boire et à manger.  J’étais parmi eux.

Mes compagnons de voyage et moi-même avions tous la larme à l’oeil.  Impossible de rester de marbre en se fondant dans cette foule joyeuse. Mon corps tout entier était parcouru d’une puissante émotion.  Les hommes et les femmes portaient leurs plus beaux habits et atours.  Les dames maquillées portaient leurs saris colorés et agrémentés de bijoux à profusion. Les sourires fusaient de partout et la joie était palpable. C’était beau à voir et à vivre vraiment.  Il n’y avait pas d’alcool durant cette fête et ça ne semblait pas leur manquer.

MUSICIENS-CONTEURS

Chacun est allé à sa chambre se doucher, se changer et se mettre beau.  Notre souper a lieu dans un autre hôtel qu’on va visiter.  C’est très beau et typique.  Le souper est un buffet dont La nourriture est excellente.  On mange dehors dans un énorme jardin fleuri accompagné d’un musicien et d’une chanteuse. Son instrument de musique, le Ravanhatta, ressemble à une cithare mais avec un archer.  J’apprends que nos musiciens-chanteurs sont des conteurs.  Ils sont les gardiens des valeurs traditionnelles. Par leurs chants ils font connaître à la population souvent illettrée les épisodes légendaires de son histoire.  Le Bhopa chante et son épouse lui donne la réplique.  Moi, bien sûr, je n’ai rien compris. Parfois ça me rappelait les chants de gorges des Inuits du Canada. Nous avons eu un spectacle de marionnettes qu’on pouvait ensuite acheter.  J’ai acheté 4 poupées 2300 roupies.

NUAGE DE JOIE

L’aventure continue vendredi 31 mars. Je me suis couchée à minuit hier et debout à 5h30 ce matin. J’étais déjà réveillée depuis 4h30.  Peu importe je suis comme sur un nuage de joie.  Nous avons un très bon déjeuner.  Les employés sont super gentils.  À la table voisine, le prince, fils royal est là avec une amie.  On lui sourit et il nous répond en retour avec un signe de la tête. Bizarre d’être assis près d’un membre de la royauté. Maintenant que j’en apprends plus sur la culture Indienne, je la respecte plus.

INDÉPENDANCE EN 1947

Un peu d’information politique que j’ai puisée dans l’Encyclopédie du Voyage Gallimard 2011 raconte que l’Inde accède à l’indépendance en 1947.  Mahatma Gandhi est assassiné en 1948 et l’État du Rajasthan est formé en 1949. De plus, la princesse Gayatri Devi fut candidate aux élections de 1962. Elle remporta une victoire spectaculaire.

ROULEMENT DU TURBAN

Après déjeuner deux gardes du palais nous font la démonstration du roulement du turban pour qu’ils le mettent sur la tête.  C’est un cérémonial habituel qu’ils font pour les touristes. Ce turban doit bien mesurer 20 pieds de long. Ça ne doit pas traîner pas dans le sable par terre. Après ce spectacle, nous sortons des murs du Palais pour faire une promenade à pied dans le village.  C’est calme et accueillant. On a rencontré les villageois et pris des photos.

PAYER POUR LES PHOTOS

Nous avons compris une chose importante concernant les photos. Il faut toujours payer les gens dont on prend la photo avant de la faire.  Les femmes nous suivent dans la rue en nous offrant leurs produits à vendre. Plus loin j’ai acheté un voile semblable aux saris des dames pour 300 roupies (5$).  C’était propre partout. Les intouchables balayaient chaque espace avec un balai fait de tige de blé attachées ensemble.

Aujourd’hui on devrait rouler 7 heures encore!! Nous passons devant la carrière de Makrana. Cet emplacement contient le meilleur marbre au monde. Il est cristallisé.  C’est situé à 300 km du Taj Mahal, ce monument que le Sultan a fait bâtir pour sa femme adorée. Cette grande distance n’a pas arrêté le richissime de prendre le marbre ici.

PUSKAR

 Voyage en Inde, en émotions et en couleurs
Puskar

Samedi, 1er avril c’est notre arrivée à Puskar. On nous apprend que des safaris peuvent être faits à Puskar. Une information que l’on note pour nos futurs clients du voayge. Le guide nous parle des Visnoïlles qui veut dire qu’ils suivent 29 règles.  Dans leurs coutumes, des cérémonies de l’opium sont pratiquées. Ces gens sont vêtus de blanc et porte un énorme turban blanc. La femme ont un gros bijou dans la narine.  Ils sont végétariens et ne coupent pas les arbres. Une histoire raconte qu’ils se sont interposés entre des bûcherons qui voulaient couper des arbres.  Ils se sont accrochés aux arbres et ne voulaient pas partir.  Les bûcherons les ont coupés avec les arbres! Vérité ou mensonges…

FORT AMBER

Dimanche 2 avril, Jaïpur nous voilà. Visite d’une forteresse nommée Fort Amber.  Déception, on ne montera pas à dos d’éléphants, nous sommes tous déçus.  C’est la fête des éléphants cette semaine et ils ne travaillent pas. Les éléphants sont maintenant mieux traités qu’auparavant. Ils ne travaillent jamais plus de 4 heures en ligne. Et cette loi les concernant est bien respectée. Fort Amber, ce Fort-Palais est un complexe massif construit dans un mélange de styles Indu et Musulman et date du règne de Raja Man Singh.  Il était le Palais Royal des Kachwahas de 1600 à 1727.

PREMIER FILS

Le guide continue de nous raconter l’histoire de l’Inde.  Une coutume veut que le premier fils d’un Maharadja le succède dans son royaume. Les suivants fondent un autre royaume (ou village) que leur père leur donne à 100 ou 150 km plus loin. De cette manière tout le monde participe à la richesse et est heureux.

DOUZE FEMMES

On peut voir les fenêtres du deuxième étage d’où les femmes regardaient

En après-midi visite du Palais-ville de Maharadja.  Un mélange imposant d’architecture Rajput traditionnelle et site Héritage Mondial Unesco.  Ce roi avait 12 femmes.  Dans la place centrale, le roi recevait les paysans pour les audiences et faire la justice.  Les femmes du roi regardaient par des petites fenêtres à sa gauche et au deuxième étage. Elles étaient cachées et faisaient un signe au roi si la décision qu’il allait prendre était bonne ou non.  Le soir il choisissait une de ses douze femmes pour passer la nuit.  Au matin les femmes se réunissaient et faisaient semblant que c’est elle que le roi avait ‘’honorée’’ cette nuit-là.

OBSERVATOIRES ASTRONOMIQUES

Ce roi était un astronome. Il a fait construire un cadran solaire assez précis comportant 29 minutes de décalage avec l’heure officielle de l’Inde maintenant. Pour les Indiens les signes astrologiques sont très importants. Ils aident à déterminer les affinités pour les unions. Pour cela ils utilisent des cadrans lunaires.  Ce site impressionnant est le plus grand des 5 observatoires astronomiques construits par Maharadja Jai Singh pendant la période 1727-1734 dans le Nord de l’Inde.

RICKSHAW

On termine notre visite avec un amusant tour de rickshaw à pédales. C’est une petite voiturette à deux places recouvert d’un toit coloré et tirée par une bicyclette. Notre chauffeur nous promène pendant 40 minutes à travers la ville polluée, bruyante et noir de monde de Jaïpur, surnommée la ville rose.  C’est le roi qui a imposé à la population que toutes les maisons soient de couleur «Terra Cotta».  On passe devant le célèbre Palais des Vents Hawa Mahal avec 900 ouvertures pour le vent.

Il fait 40°C aujourd’hui.

Écrivainement vôtre

Diane Gingras

Copyright© Jeter l’encre 2019 |all rights reserves 2019


Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage